Abbaye de Tuffé

Abbaye de Tuffé
L'abbaye de Tuffé, c'est un ancien monastère bénédictin (7e-18e s.) devenu faïencerie au 19e s., un jardin à thèmes, un centre culturel de proximité et un point d'information touristique pour la région de Tuffé

Petite notice sur le porche de l'abbaye

La porterie et le porche principal de l’abbaye de Tuffé

La clôture monastique
Le prieuré constituait une vaste propriété fermée sur l'extérieur. Les limites du site étaient formées au nord-est par un canal et, sur les autres côtés, par un mur de clôture. Ce mur était complété de tourelles ou de maisons comme celle des hôtes donnant sur la place de l’église actuelle, occupée jusqu'au début du XIXe siècle par le cimetière paroissial.
Un accès monumental
L'accès principal s'effectuait par un corps de passage divisé on deux, une porte charretière (conservée) et une porte piétonne (détruite). Ce passage se distingue encore par un porche monumental au décor d'architecture d'inspiration classique. L'étage de la porterie était divisé en deux chambres créées en 1724. L'une d'elles était occupée par le portier, l'autre servait de fruitier.

Le passage donnait accès à la clôture comprenant l'église abbatiale et les bâtiments conventuels (à droite).
vers 1920


vers 1920



Vers 1980

de nos jours

.












Les portails secondaires
Un second portail construit dans l'axe du premier ouvre encore aujourd'hui sur l'ancienne ferme et les autres bâtiments à vocation économique comme la boulangerie. Sa construction de briques et de pierres blanches alternées est emblématique du décor d'architecture utilisé lors de la reconstruction du prieuré à partir de 1680.


Enfin, un troisième portail, toujours visible près du chevet de l'église paroissiale (rue de l'Etang, face au bureau de tabac), donnait accès à la cour du presbytère dépendant du prieuré. Ces trois portails du XVIIe siècle présentent trois traitements architecturaux différents, du plus soigné au plus simple selon l'usage de chacun.





Le porche du Prieuré dans le Livre des choses mémorables (1646 – 1764)
N.B. "Le livre des choses mémorables" est le registre tenu par les prieurs bénédictins mauristes du prieuré de Tuffé de 1646 à 1768.

 

• « Au commencement de l'année 1724 on a fait faire dans le bâtiment qui donne sur le cimetière quatre chambres pour les hôtes et fait quatre croisées sur ledit cimetière ; ledit bâtiment était destiné à cet usage suivant les plans et desseins approuvez par le très R.P. General. On a aussi fait dans le bâtiment qui estait sur le portail deux chambres et on a meublé toutes lesdites chambres fort proprement.
fr. Jacques R. Le Gall, prieur claustral. »

Les priorats de Dom Allard (1726-1733).
Le Chapitre de 1726 désigne pour prendre la tête du prieuré de Tuffé Dom Pierre Allard. Pierre Allard est le premier prieur originaire du Maine. (…)
Il entreprit d'abord un grand travail de rénovation des fermes appartenant au monastère.
• « Au mois d'aoust de la même année on commença à faire faire les réparations de toutes les metayries et bordages qui en avaient un besoin extrême (…) sans compter les voûtes du cloître du coté de l'église et du chapitre qui furent parachevées au mois de mars 1726. La chambre du portier et celle qui sert de fruitier furent aussi voûtées et pavées au même mois et de la même année 1726 ;
 et la petite porte du monastère avec la grande porte chartiere qui est a coté furent faites en même tems et travaillées dans l'état qu'elles sont présentement.
De plus on commença au mois d'aoust 1726 à faire travailler à la décoration de l'église, et pour cet effet on fit abatre deux murs qui étaient aux deux cotés du grand autel avec une grande niche de pierre au dessus ou estait la figure de la Ste Vierge et autres ornemens de bois et de toile fort usés qu'on fit aussi oter pour l'isoler comme on le voit présentement. »


• « Au Mois de may [1729]de la même année arriva ici Mr le comte de Turbilly qui y fut envoyé par lettre de cachet en date de Versailles le 29 avril de la même année, pour demeurer jusqu’à nouvel ordre dans ce monastère sous la garde du prieur qui lui donna pour appartements les 2 chambres qui sont sur le grand portail qu’il occupa jusqu’au 29 août de la même année, qu'il fut obligé de partir pour se rendre par ordre du Roy au château de Saumur par la continuation de sa mauvaise conduite, et surtout pour avoir fait falsifier une lettre qu'il demanda ses larmes aux yeux à Dom Pierre Allard, pour lors prieur qui la lui accorda par compassion pour envoler à Mr le Marquis de Turbilly son -frère, qui, ayant reçu cette lettre et ne connaissant point l'écriture du P. Prieur... présenter de bonne foy à Mr le Comte de St Florentin secrétaire d'Etat qui aussitôt reconnut la fourberie du comte de Turbilly et en conséquence luit expédier un ordre de sa Majesté pour se rendre au château de Saumur qu'il a pour prison et où il est encor jusqu'à ce jour ».



23 xbre 1790 : estimation du Prieuré De Tuffé, comme bien national
N°288
L'an mil sept quatrevingt dix le vingt trois décembre,
Nous Philippe le Bray expert choisi par le directoire du District de La Ferté-Bernard,
ayant en concequence serment en justice Demeurent à la Connardiere paroisse d'Aveze et Jean Baptiste La Fosse expert choisi par la municipalité du Mans
Demeurant paroisse de pont Lieu
Nous sommes transporté à tuffé à leffet destimer le domaine et Maison prieurale et ses dependances appartenant si devent a labeye de St Vincent du Mans avons reconnu que les dits objets sont donné par Bail général y compris les dixmes à François Le bourdais et consistent
Dans un corps de batiment forment le portail de la première cour et qui contient à droite une chambre à feu à gauche une prison avec desus deux chambres dont une à feu et une gallerie

(...)